Toute l'actualité de spawn, comics, wallpapers, figurines,...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BADROCK AND COMPANY #2 et #3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gng_nation
Demi-Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2637
Age : 45
Localisation : PloucLand
Date d'inscription : 21/03/2005

MessageSujet: BADROCK AND COMPANY #2 et #3   Sam 16 Fév 2008 - 2:04

BADROCK AND COMPANY # 2
"Acting On Impulse" (que l'on peut taduire par : "Agir sous impulsion") Le jeu de mot avec le nom propre de "Impulse" est difficile à traduire ...

La Couv' :




Crédits :

Scénario : Andy Mangels
IllustraTIONs : Todd Nauck (hé non, ce n'est pas le bon Todd ...)
Encrage : Danny Miki & Marlo Alquiza
Couleurs : Byron Talman
Lettrage : Kurt Hathaway


Histoire:

Tout d'abord, autant le préciser d'entrée, cette aventure est principalement destinée aux fans de BadRock (dont je ne fais pas spécialement parti) ou aux ultra-complétistes de l'univers étendu de Spawn (je me reconnais mieux dans ce public là).

Spawn apparaît dans seulement deux cases de cette B.D., (dont une de loin) "déguisé" en clochard (avec imperméable et chapeau) et émet une réflexion sur le match de catch qui va opposer Badrock des YoungBlood à Fuji des StormWatch (c'est la trame principale de l'histoire).
Il pense que l'équipe dont Chapel fait partie va encore faire preuve d'une extrème violence pour se faire de la pub ... un peu de philosophie à la surfeur d'argent sur des méthodes pires que les résultats qui en découleront ...

Bref, à part cette intervenTION, Spawn restera absent du reste du comic ...

On retrouve d'autres têtes connues de l'univers étendu, comme, par exemples, les présentateurs télés qui apparaissaient toujours dans les premiers numéros de Spawn.
La présentatrice un peu typée asiatique de CNN et celui (très chic) d'Entertainement Television m'ont ramené quelques années en arrière. En revanche, le présentateur contestataire n'a pas la même tête. Bizarre, bizarre !

On retrouve également ShadowHawk et Savage Dragon, dans un rôle au moins aussi important que celui de Spawn ! Mr.Red
Nortock_Diab, ce comic book est pour toi ! Tous tes héros préférés sont réunis (en guest appearance je te le concède) dans cette histoire !

Enfin, on retrouve également Tony Twistelli et Overt-Kill, mais je reparlerai de leur présence un petit peu plus loin.

Toujours dans le registre clin d'oeil : BadRock s'entraîne en vue de ce match en portant un superbe T-shirt où l'on voit BedRock des Pierrafeu dans un panneau de sens interdit. C'est un clin d'oeil au fait que BadRock s'appelait BedRok au tout début de sa carrière, jusqu'à ce qu'Image perde le procès pour l'utilisaTION de ce nom ! De nombreuses références seront faites à ce sujet dans diverses publications Image.

En résumé de l'histoire, on a un combat organisé entre Fuji et BadRock pour amasser des fonds pour un organisme caritatif. Une femme dénomée Impulse et qui contrôle ses phérormones (hormones sexuelles censées déclenchées une rande agréssivité animale) propose à Tony Twist, qui veut se débarasser de BadRock, de faire tourner le match au carnage en agissant sur les deux combattants.

Tony Twits a un vieux compte à régler avec BadRock, et overt-Kill aussi d'ailleur ... (ainsi qu'avec Spawn). Malgré les réticences d'Over-Kill, qui voit un contrat (et SA vengeance) lui échapper, Tony accepte qu'Impulse travaille pour lui.

Environs la moitié du comic book va ensuite être consacré au match. 10 pages d'action non stop, entrecoupée par les réacTION, des amis, membres des équipes respectives ... etc. Le combat va sortir de l'arène et se finir dans la mer. BadRock manque de mourir, mais sera sauvé par Riptide. Impulse s'enfuit devant l'arrivée des YoungBlood. L'histoire se conclut sur un happy en avec les deux guerriers réconciliés et Tony Twist qui prépare sa revancheen chargeat de nouveau Overt-Kill de se débarasser de BadRock.

Mon Avis :

L'hisoire n'apporte rien de spécial, ni ne fait réellement évoluer les choses. Il y a tout de même tout un tas de héros de chez Image (dont certains me sont inconnus) qui apparaissent dans cette histoire. Preuve qu'à une certaine époque, lorsque tous les créateurs d'Image étaient potes et qu'il n'y avait pas encore d'histoire d'argent entre eux, les créaTIONs faisaient des appariTIONs dans toutes les B.D. de la firme, créant ainsi une cohérence et une "continuité" à cet univers naissant.
Dommage que cette ambiance n'est pas toujours était conservée.
Cette histoire est vraiment à réserver aux fans complétistes de Spawn (dont l'appariTION est totalement dispensable) ou à ceux qui aiment YoungBlood et BadRock.

_________________
"Bela Lugosi's dead ! Undead ... Undead ... Undead ..." Bauhaus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/gng_nation
Duke_Oliver
Main gauche de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4545
Age : 34
Localisation : Mende
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: BADROCK AND COMPANY #2 et #3   Sam 30 Juil 2011 - 14:40



BADROCK AND COMPANY #2 :
‘Acting on Impulse’
Octobre 1994 - 26 pages de BD sur 36 - 2.50 $ - Image
Scénario: Andy Mangels
Dessin: Todd Nauck
Encrage: Danny Miki & Marlo Alquiza
Couleur: Byron Talman
Séparations couleur: Extreme Colors

L’histoire :

Badrock de Youngblood et Fuji de Stormwatch doivent se battre devant les caméras d’une chaîne de télévision, un spectacle pour la bonne cause d’une œuvre de charité. Impulse, une jeune femme au pouvoir de corruption sécrété par les phéromones, est chargé par Tony Twist de tuer Badrock. Elle va donc aller chambouler les esprits du patron de cette chaîne, ainsi que les ciboulots respectifs de nos deux colosses. Leur joute ne va donc pas être amicale comme prévue, mais bien plus sauvage. Durant la baston, les deux se trouvent sur un ponton, qui s’écroule sous leur poids. Sous l’eau, Badrock déchire la panoplie protectrice de Fuji, ce dernier écartant le jeune homme de pierre. Un Badrock qui coule et n’arrive pas à regrimper vers la surface.
Youngblood et Stromwatch arrivent à la rescousse, Riptide ramenant les deux à la surface, sains et saufs. Pendant que Cougar a l’impression de sentir une présence familière… Impulse. Voyant qu’elle n’a pas rempli son contrat, Tony Twist revient alors vers son autre homme de main, Overtkill, le sommant de ne pas rater son coup cette fois.

Mon avis :

Cette série est placée sous le signe de la détente. Pas de menace critique, juste un divertissement décontracté. Le propos de la baston entre les deux géants est ainsi pour la bonne cause, et non une opposition de deux ennemis. C’est classique tout en étant agréable à lire. Le dessin de Todd Nauck y est pour beaucoup, d’ailleurs.
Pas mal de personnages d’Image observent la confrontation le temps d‘une case, tel que ShadowHawk, Savage Dragon, des membres de FreakForce, WildC.A.T.s ou Cyberforce, Timmy et son grand-père de la série Pitt, sans oublier Youngblood et Stormwatch bien sûr. Et, puisqu’on en parle ici, Spawn, l’espace d’une page de trois cases en comptant large, une case en étant plus précis. Le parrain de la mafia Tony Twist et Overtkill (toujours dans l’ombre) animent eux deux pages et la toute dernière case de cet épisode.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Duke_Oliver
Main gauche de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4545
Age : 34
Localisation : Mende
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: Re: BADROCK AND COMPANY #2 et #3   Dim 28 Aoû 2011 - 15:11

L’épisode #2 annonçait en dernière planche la présence entre autre de Overtkill, le cyborg co-créé par Todd McFarlane et Rob Liefeld - et qui donc apparaît autant chez TMP que chez Extreme Studios. J’ai fais l’acquisition de ce Badrock and Company #3, et en effet. D’où extension et retitrage de ce topic.



BADROCK AND COMPANY #3 :
Overt Operations
Novembre 1994 - 24 pages de BD sur 36 - 2.50 $ - Image
Scénario: Andy Mangels
Dessin: Todd Nauck
Encrage: Larry Stucker
Couleur: Byron Talman
Séparations couleur: Extreme Colors

Résumé :

Badrock et son attaché de presse se rendent dans un magasin de jouets de New York pour une séance de dédicace. Ils y croisent Mighty Man (personnage créé par Erik Larsen, une jeune infirmière qui se transforme en puissant super-héros mâle proche de Superman). Après avoir zieuté toutes ces effigies dont il est fan, Badrock s’assoie et commence à signer pour ses fans.
Le cyborg obsédé par lui Overtkill débarque avec fracas. Il balance Badrock dehors. Mighty Man, venu écouter les propositions pour des jouets à son image, vole au secours du membre de Youngblood en ralentissant sa chute. Badrock et Overtkill se fritent, une attaque manquée du robot précipitant les deux colosses dans un tunnel de métro souterrain. Badrock pousse son éternel adversaire sur un rail, électrocutant Overtkill, qui se fait aussitôt rouler dessus pas le métro.
Overtkill refait surface et menace une passante. Mighty Man accourt et arrache un bras du cyborg. Badrock se charge de l’autre. Et les deux héros envoient valdinguer le robot. Ne reste plus que sa tête. Mais avant qu’elle ne s’enfuie comme d’habitude, ils arrachent les derniers circuits en activité. Tout se finit bien.

Mon avis :

C’est un peu la même chose que l’épisode précédent. Badrock and Company est un titre qui se veut sans prise de tête, une approche légère et humoristique, pour ce qui se révèle finalement être une grosse baston par épisode avec à chaque fois un nouvel adversaire. Ce coup-ci, l’ado geek Badrock fait équipe avec l’étrange Mighty Man pour contrer les agissements d’un Overtkill obnubilé et enragé.
Ca se lit en très peu de temps, l’histoire tient sur un timbre poste. Être léger, oui, mais je pense que le lecteur est en droit d’attendre quelque chose de plus consistant, quand même. Reste que c’est suffisamment amusant pour ne pas en faire un mauvais produit - d’autant plus que la partie graphique est loin d’être honteuse. Aux antipodes des personnages dépressifs et violents des autres titres de l’époque, Badrock and Company se veut un simple divertissement sans prétention. Et si les continuelles bastons sans raisons fatiguent, on se rattrape alors avec les notes d’humour présentes dans certains dialogues. Ainsi, le sourire et de mise. Clins d’œil aux comic-shops et à la spécificité ambigüe du personnage d’Erik Larsen sont donc de mises dans cet épisode. Et un cosplayer qui accueille son héros en l’appelant « Bedrock », faisant rugir le concerné… Et le magasin où se déroule la première moitié du récit, « TMP Toys », ça ne vous dit rien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nortock Diab
Spawn
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1021
Age : 31
Localisation : Paris
Date d'inscription : 14/12/2004

MessageSujet: Re: BADROCK AND COMPANY #2 et #3   Dim 28 Aoû 2011 - 23:17

Je me rappelle cet épisode que j'avais acheté à la fois pour la présence de Overtkill et celle de Mighty-Man. C'était léger, pas trop mal dessiné et finalement plutôt plaisant à lire.
Je dois avoir un ou deux autres épisodes de la série (un avec Shadowhawk et l'annual avec Freak Force). Le ton restait le même, pas désagréable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BADROCK AND COMPANY #2 et #3   

Revenir en haut Aller en bas
 
BADROCK AND COMPANY #2 et #3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Company
» IDEAL SODA WATER COMPANY LIMITED / Montréal, Québec ABM
» "BERDAN´S SHARPSHOOTER"-CORPORAL-F-COMPANY
» Battlefield Bad Company 2
» Travailler pour Walt Disney Company

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spawn Vinc259 :: Spawn :: Toute l'actualité de Spawn-
Sauter vers: