Toute l'actualité de spawn, comics, wallpapers, figurines,...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 YOUNGBLOOD: STRIKEFILE #4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Duke_Oliver
Main gauche de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4544
Age : 34
Localisation : Mende
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: YOUNGBLOOD: STRIKEFILE #4   Mer 18 Mai 2011 - 18:48

Les 3 premier numéros de ce titre ont été crhoniqués sur ce forum, via un sujet dédié. Youngblood: Strikefile #1, #2 et #3 racontent (en tout cas dans la première moitié de chaque épisode) un moment de la vide de Chapel et Al Simmons, employés par Jason Wynn. Il me semble qu'on ne l'a jamais mentionné, le #4 a aussi un rapport avec le Spawnverse. Car cette histoire complète se focalise sur... Overtkill, employé par Tony Twist !




Youngblood: Strikefile #4 :
'Dead set on destruction'
Octobre 1994 - 30 pages de BD sur 36 - 2.50 $ - Image - couverture de Rob Liefeld
Histoire : Rob Liefeld
Dialogues : Eric Stephenson
Dessin: Jeff Matsuda
Encrage: Danny Miki
Couleur: Steve Oliff & Olyoptics


Résumé :

Suite à la première rencontre entre Overtkill et Spawn (voir Spawn #6 & #7), le cyborg a fini en morceaux.
Il a été récupéré par une agence de Washington, qui l'a réparé et assure à une délégation de Youngblood composée de Shaft, Diehard et Badrock ,qu'ils l'ont légèrement modifié afin d'être contrôlable... et donc plus un danger. Vous vous en doutez, le robot bodybuildé ne l'entend pas de cette oreille, et s'échappe avec fracas de sa cellule. Les Youngblood étant sur place, ils vont bien entendu s'interposer. Diehard charge le premier mais est envoyé au tapis. Shaft balance une flèche qui laisse échapper de la fumée. Ce qui permet à Badrock d'entrer en scène furtivement et de décrocher un uppercut à Overtkill. Les deux se bourrent de pifs titanesques. Shaft décoche une nouvelle vague de flèches sur l'adversaire. Leur effet : le robot se dissolve et commence à tomber en morceaux. Mais ce n'est pas ça qui va le stopper, puisqu'il prend tout le monde de cours : sa tête se détâche. Autonome, elle prend la poudre d'escampette grâce à de petits propulseurs. Diehard est sommé de partir à sa poursuite et de l'arrêter avant qu'il ne s'échappe. Il vole derrière lui, tentant de le rattrapper. Ils sortent du bâtiment, s'envolent dans les airs... Diehard n'arrive pas à rattrapper Overtkill, et est contraint d'abandonner, ne pouvant pas aller trop haut à cause du manque d'oxygène et de la température gelée. Notre héros retombe lourdement au sol.
De son côté, le mafioso bien en chair Tony Twist s'inquiète de voir son Overtkill évaporée dans la nature, une machine de guerre qu'il loue à un autre caïd du crime organisé. Le nouvel hôte de son bureau, cette fois-ci non attendu, est alors Overtkill... du moins sa tête, revenue au bercail.


Mon avis :

On peut prendre cet épisode comme le lien manquant entre la première (Spawn #6 & #7) et la deuxième (Spawn #21 à #24) altercation entre Overtkill et Spawn. Le vilain co-créé par Todd McFarlane & Rob Liefeld reviendra d'ailleurs embêter Badrock dans Youngblood #7 & Team Youngblood #11 (soit en VF Youngbllod n°5 chez Semic).
Tony Twitst honore de sa présence ce récit le temps de quatre pages. Overtkill s'y montre colossal dans sa fameuse armure, et ses coups font mal. Le coup de s'échapper en séparant la tête de son corps, il le refera au sein d'autres apparitions dans les comics de Extreme Studios.
Hormis les premières pages, qui sont des discussions servant à cerner aussi bien le presonnage que l'intrigue, et dans le même temps où se situe cette histoire dans la continuité, le reste n'est que de la baston qui pète tout. Guère étonnant pour un comics de chez Extreme Studios, me direz-vous. Mais bon, il faut avouer qu'avec un tel personnage, il ne pouvait pas non plus en être autrement. L'histoire est donc on ne peut plus simple, mais aussi on ne peut plus efficace. On a vu ça des milliers de fois, mais on s'en régale toujours autant, puisque ce divertissement primaire n'a d'autre prétexte que de nous vider le cerveau et nous amuser, tout comme bon blockbuster de ciné.
La partie graphique claque bien. Jeff Matsuda montre déjà à l'époque une certaine personnalité dans son dessin. Il est certes ici dans le moule des productions Liefeld, mais cela ne l'empêche pas non plus de s'emanciper et de proposer quelque chose de puissant. C'est à la fois solide, détaillé et stylisé, tout en gardant cette approche résolument 90's. La colorisation est tout aussi reamarquable, c'est du très bon niveau.

En conclusion, de l'action sur 30 pages, où la psychologie ne pointe pas le bout de son nez, contrairement aux mendales dans la tronche. On retrouve avec plaisir le cyborg allumé du ciboulot Overtkill, mais aussi l'emblématique Tony Twist. C'est c** mais c'est bon. Vous pouvez vous jetter dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gng_nation
Demi-Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2637
Age : 45
Localisation : PloucLand
Date d'inscription : 21/03/2005

MessageSujet: Re: YOUNGBLOOD: STRIKEFILE #4   Dim 22 Mai 2011 - 18:50

Je ne le connaissais pas celui-là ! ... Je le rajoute sur ma wishlist ... Wink

_________________
"Bela Lugosi's dead ! Undead ... Undead ... Undead ..." Bauhaus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/gng_nation
 
YOUNGBLOOD: STRIKEFILE #4
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Youngblood de Brett Ratner
» Mon Vlad von Carstein pour le youn blood 2010
» Anniversaire des stars du 14 Aout
» Z.E.R.T. - JAMESON YOUNGBLOOD DEATHRIDGE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spawn Vinc259 :: Spawn :: Toute l'actualité de Spawn-
Sauter vers: