Toute l'actualité de spawn, comics, wallpapers, figurines,...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 THE ART OF TODD McFARLANE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Duke_Oliver
Main gauche de Dieu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 4449
Age : 34
Localisation : Mende
Date d'inscription : 18/12/2004

MessageSujet: THE ART OF TODD McFARLANE   Sam 15 Déc 2012 - 15:25



THE ART OF TODD McFARLANE: The Devil’s in the Details HC :
disponible depuis le 21 novembre 2012 - sortie en librairie le 04 décembre 2012
couverture cartonné - grand format - dos carré - 400 pages
Édition régulière : 5000 exemplaires - 64.99 $
Édition numérotée et signée : 700 exemplaires - 99.99 $
Dessins et commentaires : Todd McFarlane
Conception et mise en page : Ben Timmreck


Voilà deux ans que ce tant rêvé art book dédié à Todd McFarlane a été sollicité. Un projet longtemps dans le vent, mais qui se concrétisait enfin avec une annonce officielle. Mais comme tout beau livre imaginé par Todd McFarlane Productions, la bête n’est pas sortie comme il était originellement prévu. Heureusement, deux ans plus tard, en cette fin d’année 2012, le titre refait parler de lui et voit bel et bien le jour. Dans l’intervalle, la société de Todd McFarlane s’est restreinte crise oblige, mais l’ouvrage gagne cent pages pour le même prix.

Après confirmation de mon dealer ( http://www.soylentcomics.com/fr/ ) chez lequel je l’avais pré-commandé que le distributeur a bien pensé à lui et qu’il l’a reçu, je reçois le tant attendu objet. Et tant qu’à faire, même si pour cela il a fallu allonger un peu plus d’oseille, c’est l’édition numérotée et signée dont j’ai fait l’acquisition. En ouverture du livre, on trouve donc une page supplémentaire, ou Todd McFarlane en personne a signé de sa main en rouge ! Et j’ai l’exemplaire numéro 4 !

Le beau livre mesure environ 31 x 22,5 cm, son dos est épais d’env. 2,5 cm et pèse env. 1,500 kg.
Les 400 pages de l’ouvrage sont partagées en cinq chapitres, précédée d’une préface de Stan Lee. Le livre proposant de retracer tout la carrière de l’artiste, de ses premiers dessins amateurs jusqu’à 2012, il y a de quoi faire. Ses travaux de jeunesse (50 pages), ses débuts chez Marvel sur Coyote et Hulk et chez DC sur Infinity Inc. et Batman (54 p.), son épanouissement et son succès sur Spider-Man (88 p.), sa création Spawn (114 p.) et ses escapades ailleurs telles que les jouets, l’animation, les clips musicaux, Haunt et touti quanti (84 p.).

Tout ce qu’il a touché ou presque est représenté dans cet ouvrage somme. Et l’on voit au fur et à mesure l’évolution du gars. Ses dessins d’apprentissage sont encore classiques et sans réel style identifiable. Quand il commencera à devenir solide, il prospectera du travail. Ses premières publications le combleront alors de bonheur, mettant ainsi un pied à l’étrier. Prenant de l’assurance, il commencera alors à faire quelques expérimentations de mise en page. C’est surtout quand ses patrons accepteront qu’il s’encre lui-même qu’il dévoilera alors tout son potentiel. En cela, toute sa période chez Marvel et plus particulièrement sur le personnage de Spider-Man représentera l’apogée de l’artiste. Son style deviendra très personnel, entre positions alambiquées et encrage détaillé. Envieux de liberté artistique, il claquera la porte des big twos avec d’autres collègue et formera Image, où il lancera une création de jeunesse remaniée, Spawn. Il peut alors faire ce qu’il veut. Et sera tenté par d’autres médias. Il délaissera alors le dessin de comics, se contentant d’encrer seulement. Il ira parallèlement révolutionner l’industrie des jouets et de l’animation. Le succès ne sera pas le même au cinéma ou dans les déclinaisons vidéo-ludiques de son personnage fétiche. Quant il retâte du dessin ou de l’encrage, il délaisse la plume pour utiliser l’outil informatique. Les feux de la rampe ne sont plus là, mais Todd McFarlane continue quand même.

400 pages, il y a de la place pour nous montrer plein d’illustrations. Et en effet, c’est le cas. Elles sont innombrables. Du croquis au crayonné, de la planche originale au résultat publié, toutes les étapes de la création artistique sont représentées. Mes préférées vont sans conteste aux planches originales de l’artiste, surtout quand elles sont en plein page : un véritable plaisir que de contempler yeux écarquillé le travail brut d’un auteur de bande dessinée. La Caverne d’Ali Baba en somme, vu la pléiade de documents montrée ici.

Chaque image est annotée, on sait ainsi de quoi il s’agit. Également, l’ouvrage ne recèle pas que des illustrations, mais aussi du texte. En effet, Todd McFarlane commente selon son inspiration tel ou tel passage. Toujours agréable à lire, il est plus ou moins long selon les endroits. En tant que fan, on n’apprend pas beaucoup de choses de plus, mais il est pertinent de lire l’artiste raconter ses débuts. S’il remercie Steve Englehart et Roy Thomas qui l’ont lancé, il oublie par contre par la suite de nommer ses collaborateurs. Les scénaristes Peter David (The Incredible Hulk) et David Michelinie (The Amazing Spider-Man) ne sont pas cités. Et lorsqu’il encre quelqu’un d’autre, où que la fin de l’ouvrage dévoile des illustrations de production pour d’autres médias, il a une fâcheuse tendance à tirer la couverture à lui. D’un intérêt variable, ses commentaires sont tout de même la bienvenue et éclairants. Dommage que Ben Timmreck aie décidé de résumer chaque partie de carrière en ouverture de chaque chapitre en reprenant ce que dit McFarlane, et qu’on lira donc peu après.

The Art of Todd McFarlane: the Devil’s in the Details est un art book évènement pas exempt de défauts. La qualité des éléments présentés, qu’il s’agisse de la mise en page, des illustrations ou des textes, est variable selon les endroits. Mais vu la somme traitée ici, il aurait été bien surprenant d’assister en un sans fautes. En tout cas, pour un beau livre de TMP, il s’agit sans conteste d’un travail de longue haleine remarquable. Un sacré volume retraçant toute la carrière de Todd McFarlane, soit plus de 30 ans, des premières tentatives jusqu’à aujourd’hui. L’ouvrage peut combler un large panel de lecteurs : les amoureux de 9ième art découvriront les coulisses de la fabrication des comics, et les artistes en herbes auront là un exemple concret. Ma préférence va à la première moitié du livre, voyage passionnant dans le cerveau d’un Todd McFarlane qui d’abord se forge, puis ensuite éclate sur le personnage de Spider-Man. L’aventure de Spawn est plus connue de nous car plus récente. Les coulisses des déclinaisons de TMP sur d’autres supports est intéressante, à défaut de vraiment appartenir au travail de Todd McFarlane stricto sensu. Un McFarlane qui délaissera peu à peu son art pour devenir chef d’entreprise, ne revenant que sporadiquement avec son style digital beaucoup moins fort et maîtrisé.

Malgré son prix qui pourrait rebuter, The Art of Todd McFarlane: the Devil’s in the Details est bel et bien l’art book définitif de l’artiste, dévoilant sans fard tout ce qui caractérise cet homme. Un gros bouquin bien rempli, très complet, qui a le mérite de ne jamais lourder son acheteur, mais au contraire de lui en offrir le plus possible. Un must have.

- Duke_Oliver -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
THE ART OF TODD McFARLANE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Top F-C des Ventes VF - novembre 2012
» SPIDER-MAN PAR TODD McFARLANE ( MARVEL ICONS )
» McFarlane : WARRIORS OF THE ZODIAC
» SWEENEY TODD - (RAH 412)
» Le topic officiel de Sweeney Todd

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Spawn Vinc259 :: Spawn :: Toute l'actualité de Spawn-
Sauter vers: